Transat A.T. inc.: résultats de l'exercice 2001 - Des revenus en hausse, mais un exercice assombri par les événements du 11 septembre

MONTREAL, le 24 janv. /CNW/

- Les revenus du groupe dépassent pour la première fois la barre des deux milliards de dollars, une augmentation d'environ 10 %, grâce entre autres à une excellente saison d'hiver 2000-2001.
- Les événements du 11 septembre font tomber la demande en septembre et octobre, réduisant les bénéfices à 2,7 millions avant éléments inhabituels, impôts et charge d'écart d'acquisition.
- La réduction de la capacité, la radiation de certains actifs et d'autres frais entraînent des charges inhabituelles de 94,8 millions de dollars après impôts.
- Transat enregistre une perte nette de 99 millions de dollars (3,07 $ par action) après éléments inhabituels et impôts, par rapport à un bénéfice de 36,6 millions (1,14 $ par action) en 2000.
- Des injections de capitaux et une remontée graduelle de la demande marquent le premier trimestre 2002.

Transat A.T. inc., chef de file de l'industrie des voyages vacances au Canada, a enregistré des revenus de 2 121,9 millions de dollars pour l'exercice terminé le 31 octobre 2001, par rapport à 1 922,6 millions en 2000, une augmentation d'environ 10 %. La Société enregistre un bénéfice avant éléments inhabituels, impôts et charge d'écart d'acquisition de 2,7 millions de dollars, par rapport à 67 millions à ce titre l'année précédente, l'écart étant causé principalement par la chute de la demande, par l'augmentation de certains coûts et par la vigueur de la devise américaine.

En prévision d'une saison d'hiver 2002 qui sera manifestement très affectée par les événements du 11 septembre et la baisse de la demande en découlant, la Société a annoncé en septembre une réduction importante de sa capacité, qui s'est traduite subséquemment par des radiations d'actifs et des dépenses exceptionnelles, lesquelles, combinées à d'autres charges non récurrentes, représentent des éléments inhabituels totalisant 94,8 millions de dollars après impôts.

En conséquence, Transat affiche pour l'exercice 2001 une perte nette de 99 millions de dollars, ou 3,07 $ par action, par rapport à un bénéfice net de 36,6 millions, ou 1,14 $ par action, en 2000.

"Il va de soi que ce sont des résultats décevants. Cependant, ils reflètent surtout l'impact d'éléments inhabituels dont la majorité ne représentent aucune sortie de fonds et qui découlent des décisions rapides que nous avons prises pour éviter une crise plus grave. Dès le 24 septembre, nous avons mis en oeuvre une réduction de la capacité de Transat de l'ordre de 25 %, comprenant la mise à pied du quart du personnel, la réduction de la capacité aérienne (nombre de vols et de sièges), le gel des salaires du personnel non syndiqué, une réduction des salaires de la direction et d'autres mesures d'austérité. Par ailleurs nous continuons de desservir toutes nos destinations, et les vacanciers n'ont aucun compromis à faire en regard de leurs projets" a déclaré Jean-Marc Eustache, président-directeur général de Transat A.T. inc.

FAITS SAILLANTS DE L'EXERCICE
Les résultats de la saison d'hiver 2000-2001 ont été excellents, avec une croissance des revenus de 20 % et du bénéfice net de 25 % pour les six premiers mois de l'année. La croissance, bien qu'attribuable en partie aux acquisitions, provenait principalement d'augmentations de volumes et de prix.

La deuxième moitié de l'exercice a été plus exigeante qu'anticipée, en raison du ralentissement de l'économie, de la concurrence très vive, d'une surcapacité dans le transport aérien au Canada et des pressions engendrées sur les prix. La demande a également fléchi sur certains marchés, avant de tomber pour tous les marchés après le 11 septembre.

Enfin, la devise américaine, toujours forte, ainsi que l'augmentation des coûts dont l'entretien des avions ont eu un effet défavorable sur les marges. A la suite des mesures de réduction de sa capacité, annoncées le 24 septembre, la Société a enregistré au quatrième trimestre des charges inhabituelles et des dépenses non récurrentes qui totalisent 117 millions de dollars avant impôts, ou 94,8 millions de dollars après impôts.

Ces éléments comprennent notamment la radiation d'éléments d'actifs reliés au retrait accéléré des sept Lockheed L-1011-150 de la flotte d'Air Transat (74,8 millions), des frais de mises à pied et de restructuration (7,1 millions), des frais reliés à un incident survenu aux Açores en août 2001 (5,3 millions), et d'autres radiations (29,8 millions).

Pour le quatrième trimestre, les revenus de la Société ont été de 401,3 millions de dollars, par rapport à 467,3 millions pour la période correspondante de l'exercice précédent. Pour ce trimestre, la Société enregistre une perte de 40,8 millions de dollars avant éléments inhabituels, impôts et charge d'écart d'acquisition, par rapport à un bénéfice de 21,6 millions en 2000. Après éléments inhabituels et impôts, le résultat net du quatrième trimestre est une perte de 120,7 millions de dollars, par rapport à un bénéfice net de 14,1 millions de dollars en 2000.

Au cours de l'exercice 2001, la Société a poursuivi l'implantation de sa stratégie d'intégration verticale et de croissance. Elle a ainsi fait l'acquisition de la totalité du voyagiste World of Vacations, dont elle détenait 35 %, pour le fusionner par la suite avec Regent Holidays et le rapprocher de Nolitour. Transat a également fait l'acquisition du voyagiste spécialisé Rêvatours, qui se concentre sur les circuits haut de gamme et sur certaines destinations, et d'une participation de 50 % dans Jonview Corporation, devenant du coup le plus important voyagiste réceptif au Canada.

Du côté des services à destination, la Société a fait l'acquisition de 40% de Tourgreece, un de ses partenaires de longue date en Grèce, et elle a démarré une division offrant des services à destination au Mexique. Enfin, au chapitre de la distribution, Transat a fait l'acquisition d'agences de voyage en France et au Canada, dont notamment le franchiseur canadien Travel Plus, un réseau de 84 agences.

EVENEMENTS POSTERIEURS AU 31 OCTOBRE
Au cours du premier trimestre 2002, CDP Capital d'Amérique, une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec, et le Fonds de solidarité FTQ, deux des principaux actionnaires de Transat, ont consenti un apport de 10 millions de dollars chacun dans la Société et dans sa filiale à part entière Air Transat, sous forme de débentures non convertibles.

Des membres de la direction de Transat et de ses filiales ont par ailleurs investi près de 1,9 million de dollars par le biais d'un véhicule similaire. De plus, la Société a renouvelé jusqu'en février 2003 sa facilité de crédit rotatif qui venait à échéance en février 2002, en plus d'obtenir la libération de garanties qui améliore sa marge de manoeuvre de 20 millions de dollars. Comme la Société l'a signalé à plusieurs reprises, le nombre quotidien de réservations sur le marché canadien a chuté fortement, soit de plus de 50 %, en septembre et en octobre, par rapport à la même période l'année précédente. La demande a par la suite augmenté graduellement, et le nombre quotidien de réservations à la fin de décembre 2001 et en janvier 2002, était inférieur de 10 à 15 % à ce qu'il était à une date équivalente l'année précédente.

La Société estime que l'effet cumulatif sur ses activités canadiennes, pour l'ensemble de la saison d'hiver, sera une diminution de volume de 20 % à 25 % par rapport à l'année précédente. En France, la diminution de volume sera nettement moins élevée. Il est trop tôt pour estimer l'effet sur les volumes de la saison d'été. Quant aux prix, ils continuent de subir des pressions importantes, découlant surtout de la concurrence très vive entre voyagistes en cette période où l'offre dépasse la demande.

"Bien que la situation s'améliore de façon importante et que la Société bénéficie d'un meilleur positionnement depuis la cessation des activités de Canada 3000 et de Vacances Canada 3000, la demande demeure inférieure à ce qu'elle était à pareille date l'an dernier et l'incertitude demeure. La saison d'hiver et la saison d'été seront toutes deux affectées par les événements du 11 septembre. Nous mettons tout en oeuvre, avec l'aide de notre personnel, pour que la Société renoue avec la rentabilité et soit positionnée pour bénéficier pleinement du retour à une situation normale dans l'industrie du voyage. Le tourisme international est un phénomène durable et croît depuis cinquante ans. Nous sommes en bonne posture pour bénéficier de la reprise éventuelle de la croissance", a conclu M. Eustache.

Transat A.T. inc., dont le siège social est situé à Montréal, est une Société intégrée qui se spécialise dans l'organisation, la commercialisation et la distribution de voyages vacances. Le coeur de son organisation est formé de voyagistes implantés au Canada et en France. Transat est également active dans le transport aérien, la gestion hôtelière et les services à valeur ajoutée offerts à destination ainsi que dans la distribution par l'entremise de réseaux d'agences de voyages et d'initiatives de commerce électronique. Transat, une Société ouverte inscrite à la cote de la bourse de Toronto (TSE :TRZ), a réalisé un chiffre d'affaires de plus de deux milliards de dollars en 2001.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les cookies utilisés, entre autres, afin d’améliorer votre expérience de navigation et personnaliser le contenu du site internet. Pour plus d’informations et/ou pour paramétrer votre choix sur les cookies, consultez notre Politique de fichiers témoins (cookies).