Transat A.T. inc. – Résultats du premier trimestre de 2012

Le carburant plombe les résultats

Montréal, le 15 mars 2012

 

  • Revenus de 829,3 millions de dollars, par rapport à 810,2 millions en 2011.
  • Perte d’exploitation1 de 31,8 millions de dollars, par rapport à 14,5 millions en 2011.
  • Perte nette de 29,5 millions de dollars, par rapport à 13,4 millions en 2011.
  • Perte ajustée après impôts3 de 29,9 millions de dollars, par rapport à 19,3 millions en 2011.
  • Dépôts de clients de 598,4 millions de dollars, par rapport à 537,0 millions en 2011.

Transat A.T. inc., l’une des plus grandes entreprises de tourisme intégrées au monde et le chef de file de l’industrie des voyages vacances au Canada, a enregistré des revenus de 829,3 millions de dollars pour le trimestre terminé le 31 janvier 2012, par rapport à 810,2 millions en 2011, soit une hausse de 19,1 millions de dollars ou 2,4 %. La Société affiche une perte d’exploitation1 de 31,8 millions de dollars par rapport à 14,5 millions en 2011, et une perte nette de 29,5 millions de dollars (0,77 $ par action sur une base diluée), par rapport à 13,4 millions (0,35 $ par action sur une base diluée) en 2011. Excluant les éléments non liés à l’exploitation, Transat affiche une perte ajustée après impôts3 de 29,9 millions de dollars en 2012 (0,79 $ par action sur une base diluée), par rapport à 19,3 millions (0,51 $ par action sur une base diluée) en 2011.

« Le coût du carburant, notamment, a plombé nos résultats alors qu'il a été impossible d'augmenter suffisamment les prix de vente pour contrecarrer son augmentation, étant donné les conditions de marché. Par ailleurs, nous continuons l'implantation de notre plan triennal de retour à la profitabilité annoncé l'automne dernier, laquelle se déroule comme prévu » a déclaré Jean-Marc Eustache, président et chef de la direction.

Faits saillants du premier trimestre

La diminution de la marge provient à parts égales du marché Sud au départ du Canada, du marché transatlantique, et du marché expéditif au départ de la France. Elle est principalement attribuable à la hausse du coût du carburant d'avion, dont l’effet a été ressenti sur tous les marchés, mais avec un effet important sur le marché transatlantique dans la foulée des conditions de marché ayant prévalu en 2011. En France, où c'est la basse saison, les conditions sur le marché moyen-courrier, notamment sur l'Afrique du Nord, ont été très difficiles pour toute l'industrie.

Les revenus de la Société ont augmenté de 19,1 millions de dollars au cours du trimestre. Cette augmentation reflète une hausse des prix de vente moyens, mais insuffisante pour couvrir l'augmentation des coûts, dont principalement celle du carburant. La Société a enregistré une perte d’exploitation1 de 31,8 millions de dollars, par rapport à 14,5 millions en 2011.

Les revenus des filiales nord-américaines, qui proviennent de ventes faites au Canada et à l’étranger, ont augmenté de 25,3 millions de dollars (3,7 %), comparativement à la même période en 2011. L’augmentation reflète une hausse des prix de vente moyens tandis que le nombre de voyageurs diminuait, comparativement à 2011. La baisse du nombre de voyageurs résulte d’une diminution au départ du Canada vers les destinations soleil (une conséquence de la décision de la Société de réduire sa capacité sur ce marché), compensée en partie par  une augmentation sur le marché transatlantique. En conséquence, les activités nord-américaines se sont soldées par une perte d’exploitation de 19,1 millions de dollars, comparativement à 5,9 millions en 2011, qui découle de la hausse des prix du carburant et de la vive concurrence.

En comparaison de 2011, les revenus des filiales européennes, qui proviennent de ventes faites en Europe et au Canada, ont diminué de 6,1 millions de dollars. Les activités européennes se sont soldées par une perte d’exploitation de 12,7 millions de dollars pour le trimestre, comparativement à 8,6 millions en 2011. Ces diminutions résultent principalement de la baisse du nombre de voyageurs à la suite des événements en Afrique du Nord, de même que des prix du carburant.

Situation financière

Au 31 janvier 2012, par rapport à la même date en 2011, l’encaisse s’établissait à 214,0 millions de dollars, par rapport à 199,0 millions de dollars; le ratio de fonds de roulement était de 0,99 par rapport à 1,04 et les dépôts reçus des clients pour des voyages à venir s’établissaient à 598,4 millions de dollars comparativement à 537,0 millions de dollars. Les ententes hors bilan représentaient 628,2 millions de dollars au 31 janvier 2012, la baisse enregistrée à ce titre depuis le 31 octobre 2011 étant attribuable aux paiements effectués pendant le trimestre.

Normes internationales d’information financières (« IFRS »)

Les états financiers intermédiaires consolidés condensés pour le trimestre clos le 31 janvier 2012 sont les premiers états financiers intermédiaires condensés de la Société préparés conformément aux Normes internationales d’information financières (« IFRS »). Les données comparatives de 2011 ont été redressées afin de tenir compte de ce changement. En résumé, l’adoption des normes IFRS a un impact mineur sur Transat. Elles ont entraîné une diminution de 25,4 millions de dollars de la valeur comptable totale des capitaux propres au 31 octobre 2011, par rapport aux PCGR canadiens alors en vigueur. Pour le trimestre clos le 31 janvier 2011, la perte nette consolidée attribuable aux actionnaires est inférieure de 0,1 million de dollars à celle de l’an passé selon les PCGR. Pour plus d’informations, voir le Rapport de gestion.

Perspectives pour le deuxième trimestre

Le marché des destinations soleil au départ du Canada représente une portion très importante de l’activité de Transat durant la saison d’hiver. Au deuxième trimestre, la capacité de Transat est supérieure d’environ 2 % à celle déployée à la même date l’an passé. Les taux d’occupation sont similaires à ceux enregistrés à pareille date l’année dernière; les prix de vente sont supérieurs, mais le carburant et le dollar US (la valeur du dollar US par rapport au dollar canadien) le sont aussi.

Sur le marché transatlantique, la capacité est supérieure, les taux de remplissage sont semblables; les prix sont supérieurs, de même que les coûts de carburant.

En France, par rapport à l’an passé à la même date, les réservations et les prix sont légèrement supérieurs.
 
Les résultats du deuxième trimestre pourraient être légèrement inférieurs à ceux de l’an dernier, alors que les économies réalisées à la suite de la restructuration annoncée au quatrième trimestre de 2011, combinées aux efforts de réduction de coûts devraient être annulées par la hausse des prix du carburant.

Pour l’été, sur le marché transatlantique, la capacité déployée, les réservations et les coefficients d’occupation sont similaires à ceux observés à pareille date l’année dernière. Les prix sont supérieurs, dans une proportion semblable à ceux du carburant. En France, les réservations sont supérieures à l’an passé et les prix sont similaires.

L’implantation des initiatives prévues dans le plan de retour à la profitabilité, annoncé en décembre dernier, se poursuit.

Informations supplémentaires

Les résultats ont subi l’incidence d’éléments non liés à l’exploitation résumés dans le tableau suivant :

chart

Comptabilité de couverture – La Société enregistre à l’état des résultats les gains ou les pertes résultant de l’évaluation à la juste valeur des instruments financiers dérivés qu’elle utilise pour gérer le risque lié aux fluctuations du prix du carburant d’avion. Au premier trimestre de 2012, ceci se traduit par un gain hors trésorerie de 1,6 million de dollars (1,2 million après impôts), par rapport à un gain de 3,8  millions de dollars (2,8 millions après impôts) en 2011.

La Société utilise au besoin des instruments de couverture pour se protéger des fluctuations du taux de change sur ses dépenses et/ou ses revenus en devises étrangères. À cet égard, sur la base des normes comptables applicables, les fluctuations résultant de l’évaluation à la juste valeur de ces instruments sont comptabilisées à l’état de la situation financière consolidé et à l’état du résultat global consolidé, et non à l’état des résultats. Au premier trimestre de 2012, Transat enregistre un gain de 0,4 million de dollars (0,2 million après impôts) sur ces instruments de couverture de taux de change, par rapport à une perte de 0,4 million de dollars (0,4 million après impôts) au trimestre correspondant de 2011.

Papier commercial – Les résultats du premier trimestre incluent une perte sur réévaluation de 0,8  million de dollars (0,7 million après impôts) sur les investissements de la Société dans le papier commercial adossé à des actifs (PCAA). En 2011, les résultats du trimestre incluaient un gain sur réévaluation de 3,1 millions de dollars (2,8 millions après impôts). Au 31 janvier 2012, la provision totale accumulée représentait 33,2 % de la valeur nominale des investissements de 115,7 millions de dollars de la société dans le PCAA.

Sommaire des éléments non liés à l’exploitation – Avant les éléments non liés à l’exploitation, Transat enregistre une perte ajustée après impôts de 29,9 millions de dollars pour le premier trimestre de 2012 (0,79 $ par action sur une base diluée) par rapport à 19,3 millions de dollars au trimestre correspondant de 2011 (0,51 $ par action sur une base diluée).

Transat A.T. inc. est un voyagiste international intégré qui compte plus de 60 pays de destination et qui distribue des produits dans plus de 50 pays. Spécialiste du voyage vacances, Transat est principalement active au Canada et en Europe, de même que dans les Caraïbes, au Mexique et dans le Bassin méditerranéen. Transat, dont le siège social est situé à Montréal, est aussi présente dans le transport aérien, l'hôtellerie, les services à destination et la distribution. (TSX : TRZ.B, TRZ.A)

NOTES

Les éléments suivants sont des mesures financières non normalisées selon les IFRS, utilisées par la direction comme indicateurs pour évaluer la performance opérationnelle continue et la performance opérationnelle récurrente.

(1) MARGE (PERTE D’EXPLOITATION) : Les revenus moins les charges opérationnelles
(2) BÉNÉFICE AJUSTÉ (PERTE AJUSTÉE) : Résultat avant charge d’impôt, effet de la comptabilité de couverture sur le carburant, réévaluation des PCAA et gains (ou charges) de restructuration.
(3) BÉNÉFICE AJUSTÉ (PERTE AJUSTÉE) APRÈS IMPÔTS : Bénéfice net (perte nette) attribuable aux actionnaires avant l’effet de la comptabilité de couverture sur le carburant, la réévaluation des PCAA et les gains (ou charges) de restructuration.
(4) ENCAISSE NETTE : Trésorerie et équivalents de trésorerie qui ne sont pas détenus en fiducie moins la dette inscrite au bilan de la société.

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique pour le premier trimestre 2012 : le jeudi 15 mars 2012 à 14 h 30. Composez le 1-800-905-9496. Nom de la conférence : Transat. Diffusion Web sur www.transat.com. L’appel sera disponible pour réécoute jusqu’au 14 avril 2012 au 1-800-633-8625 ou au 416-626-4144, code d’accès 21580097.

Mesures financières non normalisées selon les IFRS

Les états financiers sont dressés conformément aux Normes internationales d’information financières (« IFRS »). Dans le communiqué de presse, la Société présente parfois des mesures financières non normalisées selon les IFRS. Ces mesures n’ont pas de sens prescrit par les IFRS, et il est donc peu probable que l’on puisse les comparer avec des mesures du même type présentées par d’autres émetteurs. Elles ont pour objet d’apporter de l’information supplémentaire et ne devraient pas remplacer d’autres mesures du rendement préparées en vertu des IFRS. Tous les montants sont exprimés en dollars canadiens, à moins d'indication contraire.

Avertissement en ce qui concerne les déclarations prospectives

Le présent communiqué de presse contient certaines déclarations prospectives à l’égard de la Société à l'effet que les hypothèses utilisées pour évaluer les titres détenus dans des PCAA se matérialiseront, et que les réservations se poursuivront selon les tendances indiquées. En faisant ces déclarations, la Société a supposé que les tendances des réservations et des prix de vente se maintiendront, et que les coûts, les prix du carburant et la valeur du dollar par rapport aux devises étrangères demeureront stables. Si ces hypothèses se révèlent incorrectes, les résultats réels et les faits nouveaux pourront différer considérablement de ceux envisagés dans les déclarations prospectives contenues dans ce communiqué de presse. Les résultats qui y sont présentés peuvent donc différer sensiblement des résultats réels pour diverses raisons comprenant, sans toutefois s’y limiter, les conditions météorologiques extrêmes, les prix du carburant, les conflits armés, les attentats terroristes, les conditions du secteur du marché et de l’économie en général, l’apparition de maladies, l’évolution de la demande compte tenu du caractère saisonnier du secteur, la capacité de réduire les coûts d'exploitation et les effectifs, les relations de travail, les négociations collectives et les conflits de travail, les questions de retraite, les taux de change et d'intérêt, la disponibilité du financement dans le futur, l’évolution de la législation, des développements ou procédures réglementaires défavorables, les litiges en cours et les poursuites intentées par des tiers, ainsi que d’autres risques expliqués en détail de temps à autre dans les documents d’information de la société.

En soi, ces déclarations prospectives comportent des risques et des incertitudes qui pourraient faire en sorte que les résultats réels diffèrent grandement de ceux envisagés dans ces déclarations prospectives. La Société considère que les hypothèses sur lesquelles s’appuient ces déclarations prospectives sont raisonnables, mais le lecteur doit se rappeler que ces hypothèses à l’égard d’événements futurs, dont bon nombre sont indépendants de sa volonté, pourraient se révéler incorrectes, puisqu’elles sont soumises à des risques et à des incertitudes qui touchent ses activités. Pour plus de détails au sujet de ces facteurs et d’autres éléments, voir le rapport de gestion pour l’exercice terminé le 31 octobre 2011 déposés auprès des commissions de valeurs mobilières canadiennes. La Société décline toute intention ou obligation de mettre à jour ou de réviser toutes déclarations prospectives, que ce soit à la suite de nouvelles informations, d’événements futurs ou autrement, à l’exception de ce qui est exigé par les lois sur les valeurs mobilières applicables.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez les cookies utilisés, entre autres, afin d’améliorer votre expérience de navigation et personnaliser le contenu du site internet. Pour plus d’informations et/ou pour paramétrer votre choix sur les cookies, consultez notre Politique de fichiers témoins (cookies).